fbpx

Olivier Hygonet – Le New Rose


Perché sur l’île Seguin, à deux pas des planches de la Seine Musicale, Le New Rose est l’incontournable refuge de Boulogne Billancourt.

En ce dé confinement, on est tellement ravis de déguster de nouveau leurs fabuleux cocktails qu’on a décidé de vous emmener à la rencontre d’Olivier, co-fondateur du New Rose qui nous parle de l’histoire et de l’âme de ce lieu unique

. . .

Qui es-tu ?

Je suis Olivier, l’un des deux fondateurs du New Rose avec Dominique.
J’ai 55 ans, et un profil assez atypique. A 50 ans, dont 25 années dans l’industrie, j’ai senti que je commençais à m’ennuyer… Je ne pouvais pas m’y résoudre ! J’ai donc décidé de me reconvertir. Sans idée précise en tête j’ai commencé à réfléchir à de nouveaux projets.

 

Comment est né le New Rose ?

Il y a 5 ans, j’ai découvert un bar à Barcelone avec Dominique : on est tombés sous le charme ! L’espace était réduit, dénué de tables mais bondé. Des personnes de toutes générations et horizons étaient mélangés et échangeaient. A notre retour à Paris, on a voulu retrouver cette atmosphère. On a alors découvert de nombreuses belles adresses.
Pour notre reconversion, bien que Dominique continue à travailler en parallèle, on a donc décidé de créer notre bar. On est partis à New York ou encore Londres pour s’imprégner des différents concepts et nourrir le nôtre. A Paris, après 18 mois de recherche d’un local, on a enfin trouvé ! Historiquement occupée, par les usines de Renault, l’île Seguin accueille aujourd’hui la Seine musicale et différents locaux. C’est là qu’on a posé nos valises en 2018.

D’où vient le nom New Rose ?

L’idée était de retrouver le standing des bars des grands hôtels, en version cool, moins intimidante. Un lieu accessible, tant au niveau des tarifs que de l’ambiance. Un beau bar détente, qui allie glamour avec le symbole de la « Rose » et le coté décalé avec « New ». New Rose est également le nom du premier label indépendant mais aussi le premier titre Punk jamais imprimé !

La musique tient donc une place importante au New Rose ? Quels types de morceaux peut-on y découvrir ?

Oui ! Depuis toujours je me nourris de musique. D’ailleurs, l’un des barmen a la même addiction ! Notre playlist contient 7000 titres triés sur le volet. On y trouve tous types de styles. De la Funk à la Soul en passant par le Rock ou encore les Ska et le Reggae.

Parfois, on rencontre des musiciens de passage avec lesquels le courant passe bien et qui viennent faire un bœuf au bar.

Peux-tu nous parler de la carte et de ses inspirations ?

On a voulu proposer une carte atypique, comme notre lieu, tout en restant simple. Sur notre première carte, on a choisi de ne pas proposer de cocktails signature. Que des classiques ! On s’est entourés de barmans très expérimentés auxquels on a demandé de sélectionner les 6 meilleures marques des différents alcools utilisés dans les cocktails. On en a ensuite réalisé six versions avec chaque rhum, vodka et autres soumises au vote de l’équipe. Résultat ? Dans 9 cas sur 10, une version l’a emporté à l’unanimité !
Cette année, pour notre nouvelle carte, on a décidé de proposer des créations. On a donc intégré 6 cocktails signature qui côtoieront nos 40 cocktails. Pour ces cocktails signature, on a laissé un cahier des charges plutôt ouvert à nos barmen avec seulement l’orientation suivante : que notre barman chypriote nous fasse découvrir des produits de chez lui dans un cocktail. Défi relevé, on en propose même deux !

Un exemple de classique revisité sur votre carte ?

Le « Fucking » mojito ! L’une de nos signatures. Pour la petite histoire, on avait pas mis de Mojito à la carte car les barmen aiment faire découvrir de nouvelles saveurs . Et pourtant, c’était notre 5e vente ! Et à chaque fois que je passais la commande d’un « autre fucking mojito »ça les agaçait (rires)
Je les ai donc mis au défi de le revisiter. Après plusieurs tests ils sont parvenus à réaliser LEUR Mojito. On ne sait pas encore s’il plaira aux clients mais on l’adore ! On y a remplacé l’eau gazeuse par de la Ginger Beer associée à deux rhums. Dans l’ un d’eux on a fait infuser du piment. Un Mojito puissant en alcool et en goût qui réchauffe !

Avec quelle recette Superproducteur imagines-tu le faire déguster ?

Je l’imagine bien avec la Crème Fine Bio de Poivrons.

Côté food justement, comment choisis-tu tes produits ? ( On m’a soufflé que tu proposais un pain de folie, quel est ton secret ? )

A vrai dire un peu par opportunité. Je me fie à l’équipe ! Au départ, on proposait des planches de fromage et charcuterie. Mais cela ne répondait pas à toutes les demandes. On a donc décidé d’élargir notre carte. L’une de mes barmaids ma conseillé les recettes Superproducteur qu’elle connaissait bien ! Quant au pain, c’est Dominique qui a dégoté une petite boulangerie à Boulogne tenue par un meilleur ouvrier de France. On leur commande notre pain de campagne et sommes presque devenus leurs ambassadeurs. Les clients nous passent commande et viennent récupérer leur pain au New Rose !

« Au départ, on proposait des planches de fromage et charcuterie. Mais cela ne répondait pas à toutes les demandes. »

Olivier, Le New Rose

Quels sont pour toi les ingrédients essentiels de l’apéro parfait ? [casting, produits, contexte, lieu…]

Le plus important : être avec des proches, des personnes avec lesquelles ont se sent bien. En second, il y a quelques années j’aurais dit avec un bon verre de Vin ou un Cognac. Aujourd’hui je dirais un bon cocktail ! En troisième, des mets de qualité. Et enfin, en quatrième, une bonne ambiance musicale.

Et ta recette Superproducteur préférée ?

« Ma recette préférée, les Rillettes de Saint-Jacques ! J’aime les déguster seules avec notre fameux pain de campagne »

Olivier, Le New Rose

 

Quel cocktail imagines-tu pour un pairing parfait ?

Le Old Tom Fashioned ! Un cocktail pour lequel on s’est inspiré du Old Fashioned. Un grand classique du cocktail à base de Bourbon.
Alex a fait un twist avec du Gin plutôt qu’avec le classique dry pour un cocktail plus doux.

Une adresse que tu as découvert récemment et aimerais nous recommander ?
J’en ai même quatre fétiches !
Le Harry’s Bar, le premier bar à cocktail de Paris et le Bar Hemingway du Ritz pour leur carte folle et leur cachet.
Le Syndicat des Alcools français [🍸 retrouvez les recettes Superproducteur au Syndicat] et Le Candelaria qui sont très talentueux dans leurs créations et font partie du top 50 mondial des bars en 2018 !

Quels sont tes projets dans les mois qui viennent?
J’en ai une quinzaine ! J’ai toujours besoin d’en avoir mais je préfère garder la surprise …

Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter ?

Que nos clients continuent à aimer notre bar et à y être heureux ! Notre rêve était de recréer l’atmosphère conviviale découverte dix ans plus tôt à Barcelone. Un lieu multiculturel et générationnel et … pour l’instant j’ai l’impression que c’est ce qui se passe !

A déguster bientôt au comptoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *