fbpx

Laëtitia Ouspointour – L.O Wine

Du côté de Bordeaux, sur la rive droite de la Garonne, Laetitia 

cultive la vigne et le goût du vin bien fait. Elle nous ouvre les portes de son domaine et de sa passion : partager ce qu’est le vin.

. . .

Qui es-tu ?  Quel est ton parcours

J’aime me présenter comme une exploratrice du vin, je puise mon inspiration dans mon histoire. 
Loin de la maison pendant mes études, j’ai réalisé à quel point le milieu du vin était rassurant pour moi et lié à mon enfance. Après un détour par des secteurs très différents , j’ai repris la propriété viticole bio familiale du côté de Lussac au Château Vieux Mougnac. J’y ajoute une touche de créativité et de curiosité pour rendre le vin accessible à travers mon univers pour tous.  

 

D’où vient cette passion pour le vin et ton engagement pour le Bio ? 

J’ai eu cette chance que mes grands-parents fassent déjà du bio. C’est donc avant tout une histoire de loyauté familiale. C’est de là que je tiens ma passion du vin cultivé sans artifices car j’ai grandi dans l’idée que pour avoir un raisin et donc un vin de bonne qualité, il fallait prendre soin de la nature. J’ai donc continué à transmettre ce qu’ils m’ont appris. Je n’ai pas cette image idéalisée de la bio qu’ont parfois certains de mes proches qui ont vécu en ville. J’ai vu ce que ça impliquait, mes parents travaillaient beaucoup plus que les autres et étaient soumis aux aléas climatiques. J’ai pu voir l’impact que ça avait sur la façon de travailler. La bio ce n’est pas juste une philosophie mais une manière de vivre. On remplace les produits chimiques par de la main d’œuvre, soit du temps et des gens. Et si dans les grandes structures il suffit d’embaucher, quand on est petits on travaille juste plus !

Quelle vigneronne es-tu ? 

Dans mon travail, je m’inspire beaucoup de la biodynamie. C’est une approche passionnante, préventive plutôt que curative, basée sur un travail d’observation régulier. J’apporte ainsi de la vigueur à la plante avec de l’homéopathie pour éviter les maladies.

Je propose mon vin bio composé à 70% de Merlot – aux grappes serrées et feuilles bombées – et de 30% de cabernet franc, à la forme plus longue. Un équilibre caractéristique de la rive droite du bordelais, adapté à son sol froid argilo-calcaire.
J’ai choisi la vente directe pour maîtriser le produit du début à la fin. C’est très différent du travail d’un coopérateur par exemple, l’approche n’est pas la même car on parle directement à ceux qui consomment le produit. Je ne me vois pas ne pas savoir qui boit mon vin, ce serait ne faire qu’une partie de mon métier !

Quels sont pour toi les ingrédients essentiels à l’obtention d’un bon vin ?

Comme pour les recettes Superproducteur : de bons ingrédients ! Il faut des raisins en bon état sanitaire, pas abîmés ni pourris. Pour cela il faut du travail toute l’année. Un travail du sol en limitant les herbes propices à l’invasion de prédateurs. Un travail de la vigne avec un effeuillage équilibré pour pallier la pourriture amenée par la rosée du matin l’été, mais aussi protéger les fruits du soleil.


Quelles sont les similitudes avec la démarche de Superproducteur ?

 Mise à part la qualité des ingrédients, nous avons en commun une mission de “responsabilisation”, du producteur d’une part, qui de facto l’oblige à réfléchir à sa manière de travailler pour donner un produit qui soit le meilleur possible. Une responsabilisation du consommateur d’autre part, en donnant du sens à son achat. 

Peux-tu nous présenter  Lo Wine en quelques mots ? 

Tout a démarré avec le gel des 26 et 28 avril 2017 qui a empêché la floraison de la vigne et à cause duquel nous avons tout perdu cette année-là. Cela nous a montré à quel point tout peut basculer très vite, et  à la fois nous ne voulions pas abandonner ce métier de passion. 

J’ai donc initié des dégustations de vin, qui sont peu à peu devenues mon activité principale dans laquelle je m’épanouis. Je mobilise donc mon expertise pour rendre le vin accessible, ludique, interactif Il suffit d’être curieux !

Je propose différents formats, pour les particuliers avec des dégustations à la propriété, les  kits de dégustation digitaux pour fabriquer son propre vin bio chez soi et des  ateliers dédiés aux entreprises! [Retrouver toutes les infos sur son site ]

Nous avons eu la chance d’expérimenter cet atelier avec la Team Superproducteur que tu connais maintenant de l’intérieur. Qu’as tu retenu de l’esprit Superproducteur ?  

Cet atelier m’a permis de voir que comme moi, vous participez à créer de la proximité entre le consommateur et le producteur :  des “passeurs” entre le monde des producteurs et celui des consommateurs, dans le respect des uns et les autres

 

Quelles valeurs partages-tu ? Et qu’as-tu aimé transmettre ? 

Je me retrouve dans le travail de valorisation des producteurs, de proposer des produits de qualité qui aient le moins d’impacts nocifs possibles sur l’environnement. J’ai aimé animer ce moment convivial d’analogie entre l’assemblage du vin et le travail d’équipe contribuer pour booster l’équipe autour de l’apéro !

 

Côté apéro, quels sont pour toi les éléments essentiels de l’apéro parfait ? [casting, produits, contexte, lieu…] 

Avec de bons amis, pas nécessairement une vue à couper le souffle, plus une ambiance qu’un endroit, avec des produits de qualité” et Polo & Pan en fond sonore.

Un cru de ta création que tu aimerais nous conseiller pour nos apéros confinés ? 

Le millésime 2010 du Château Vieux Mougnac. Très fruité avec des tanins soyeux, il est idéal avec des mets épicés, acidulés ou crémeux.

 

Côté pairing, tes 3 principes pour réussir une association ? 

Très simplement on peut se baser sur trois paramètre : 

  •  la couleur, associer met et vins blanc par exemple
  •  la température, des vins frais avec des préparations froides
  •  et la complémentarité des goûts, salé, sucré, acide, amer en optant par exemple pour un liquoreux avec du bleu d’auvergne.

 

 

Peux-tu nous partager tes 5 pairings parfaits avec une recette Superproducteur ?  Pourquoi ce pairing ? Et en quoi c’est le matching parfait ?

L’important dans un pairing est de choisir des mets et vins complémentaires en termes de goût et de texture.

 

Quelle est ta recette préférée ? Pourquoi ? 

Le “problème” quand on grandit dans une ferme c’est qu’on aime tout ! (rires). J’aime beaucoup l’artichaut, au goût bien prononcé, bien qu’il soit plus difficile à accorder. Je le verrais avec un rouge léger de la Loire.

 

En attendant de pouvoir découvrir ou redécouvrir tes ateliers, comment peut-on t’aider ? 

Le jeudi je propose des sessions en direct sur instagram ! Le 3 décembre dernier, on a d’ailleurs réalisé une interview avec des pairings mets et vins avec Pauline à Darwin! [retrouvez l’IGTV sur son compte Instragram]

où quand comment ?

L.O Wine : Dégustations de vin pour les pros et les particuliers
Darwin Ecosystème – 87 Quai des Queyries, 33100 Bordeaux
+33(0) 6 16 92 07 38

Château Vieux Mougnac : Vin bio
36 Mougnac
33570 Petit-Palais et Cornemps, France

+33(0) 5 57 69 72 85

 

 

Pour de super-pairings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *