fbpx

Ils sont dehors et nous dedans : Roberto, notre expert de la Crème de Basilic et Parmesan !

Ils sont dehors pendant que nous sommes dedans ! 👨‍🌾
Pour soutenir ceux qui continuent de nous nourrir en cette période de confinement,
on a décidé de prendre le temps de discuter avec nos producteurs.

Roberto confectionne avec passion notre Crème Fine de Basilic AOP et Parmesan à Gênes,
Il nous confie son témoignage depuis l’Italie !

. . .

Comment ça va Roberto ?
Pour le moment bien, nous avons beaucoup de travail et pensons à demain, quand la situation aura évolué.

Où es-tu ?
A l’atelier, notre activité manuelle fait que nous devons être sur place.

Roberto attelé à la préparation de son « Pesto alla Genovese » et les Paysages escarpés de la Ligurie

Est-ce que le confinement a changé votre organisation ?

Oui en partie, car à côté de la production de Pesto Genovese, nous avons des restaurants qui sont à l’arrêt.
Mais notre activité diversifiée nous permet de continuer aujourd’hui à travailler. Par exemple, nos ventes en ligne ont considérablement augmenté. Cela demande une organisation particulière et nous avons dû nous adapter rapidement.

Est-ce que la vente locale est toujours au rdv ? 

Nous avons une clientèle fidèle qui continue à venir chez nous. Nous allons également mettre en place un système de livraison à domicile pour les habitués de nos boutiques qui ne peuvent plus se déplacer. Ces adaptations sont pensées sur plusieurs années car nous pensons que cette situation aura des conséquences de long terme.

Est-ce qu’une solidarité s’est installée localement ? 

Du côté de notre clientèle elle s’est maintenue.
Du côté professionnel, comme toujours dans ce type de situation, il y a ceux qui se démarquent par leur droiture et les autres par leurs vices (rires).
Dans notre cas, la solidarité s’est maintenue avec nos partenaires. C’est l’une des vertus d’une chaîne de production courte avec de petites structures indépendantes et non avec des acteurs industriels. Les producteurs de Basilic de Gênes AOP avec lesquels nous travaillons de longue date sont des entreprises familiales, avec peu de personnel, et tout le monde est resté soudé pour continuer l’activité.

C’est le cas aussi chez nous où presque toute l’équipe a pu venir travailler. Nous avons bien sûr pour ce faire mis en place des mesures de sécurité comme la distribution de gants et masques.

 

Est-ce qu’il y a un point positif à cette situation selon toi ?

De positif non, certainement pas. Beaucoup disent que c’est une chance de réaliser qu’il est important de passer du temps en famille, se réjouissent de voir les effets du confinement sur l’environnement et la réflexion que la situation amène sur notre modèle. Or à mon sens, ça n’est pas une bonne chose qu’il soit besoin d’une telle catastrophe pour que l’on tire ces conclusions, car si cela permettra à certains de se corriger, beaucoup n’y survivront pas. Après les guerres il y a toujours un renouveau, une reprise de l’activité, mais cela ne veut pas dire qu’il y ait du positif à en tirer : les plus puissants s’en tirent, les plus petits disparaissent, ce n’est pas une question de courage c’est simplement une injuste loterie. Le prix payé est trop important et chacun en perçoit les conséquences individuellement.

Dans notre cas par exemple, si pour l’heure les charges sont suspendues, elles retomberont au moment le plus critique, en septembre alors que la demande ne sera peut-être pas encore au rendez-vous. Mais nous allons tout faire pour surmonter cette période !

Est-ce que tu veux faire passer un message aux consommateurs ?

Le plus dur est à venir et je crois qu’après tout ça, nous devrons changer de regard et faire peut-être faire les choses d’une autre manière. Cette situation fait ressortir les valeurs de chacun et les solutions devront se placer sous le signe du partage et de la solidarité.

Comment peut-on agir ?

Cette situation est l’occasion de réaliser l’importance de soutenir les petits commerces de proximité, qui ont été plus ou moins préservés en France et dans certaines régions d’Italie.

Roberto, super-producteur de notre Crème Fine de Basilic AOP et Parmesan

Ici, à Gênes, l’implantation de la ville sur la montagne a empêché la grande distribution de trop s’imposer. Nous avons aussi su conserver un tissu de commerce de proximité fort et habituel, boutiques et marchés, qui permet aujourd’hui de soutenir de petites entreprises et de ne pas faire des heures de queues devant la seule épicerie du coin ! Comme c’est le cas dans le centre de Milan par exemple. Cela permet également de ne pas être contraints de s’entasser dans les grandes surfaces !

pour Soutenir roberto en s'évadant A Gênes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *